eolien offshoreUn appel d'offres pour la pose d'éoliennes en mer serait lancé pour une zone située au large de l'île d'Oléron, c'est ce qu'a affirmé la ministre de l'écologie Ségolène Royal. Même si tous les détails de ce 4e appel d'offres ne sont pas encore connus, la filière semble satisfaite. Néanmoins les recours s'accumulent contre les projets de parcs éoliens déjà attribués.

L'appel d'offres concernera une zone au large de l'île d'Oléron (Charente-Maritime), mais la puissance n'a pas encore été évoquée. Se l'on se base sur celles évoquées pour les autres parcs attribués jusqu'ici, le chiffre devrait être proche des 500 MW. Comme pour celui de Dunkerque, dont l'appel d'offres avait été lancé en avril dernier. La procédure sera caractérisée par les nouveautés prévues par la loi de Transition énergétique, afin de réduire les coûts et simplifier les démarches. Il est notamment prévu de "dialogue concurrentiel" entre les candidats, afin qu'ils puissent faire évoluer leur offre en cours de procédure améliorant ainsi leurs propositions.

Les études de ressource en vent ou de composition des fonds marins, seront prises en charge par des établissements publics afin d'éviter toute sous-estimation des coûts liés aux travaux de fondation par exemple. Ségolène Royal explique qu'"Une attention particulière sera apportée aux enjeux des activités économiques, notamment la pêche, et aux enjeux environnementaux liés au choix de la zone".

Le projet devra craindre du retard, suite aux recours que les autres projet commencent à subir. EDF, qui a obtenu le feu vert pour développer trois de ces fermes offshore (Fécamp, Saint-Nazaire et Courseulles-sur-Mer), a d'ailleurs annoncé qu'elle ne pourrait pas les mettre en service avant 2021 ou 2022, soit un ou deux ans de retard sur le calendrier initialement prévu. Le groupe "s'attend à avoir un jugement avant l'été 2017, ce qui permettrait une première décision d'investissement fin 2017". Les premières machines ne seront donc pas déployées avant 2020.

De leur côté, les professionnels de la filière saluent l'annonce faite par la ministre. Le Syndicat des énergies renouvelables (SER), souligne que ce nouveau projet est "indispensable pour atteindre les objectifs que la France s'est fixé à l'horizon 2023 dans le cadre de la Programmation pluriannuelle de l'énergie" qui précise effectivement une puissance éolienne en mer de 6 GW. L'association France Energie Eolienne, elle aussi, salut "une excellente nouvelle". Olivier Pérot, son président, déclare lui-aussi : "Cette dynamique s'inscrit dans la logique de baisse des coûts, priorité absolue de la filière, par le biais de volumes plus importants, et de renforcement du développement de l'industrie éolienne sur le territoire français". Les industriels comptent donc que d'autres appels à projets suivent dans les mois qui viennent, et que les puissances visées soient plus conséquentes.

A propos

SAGERET est la référence des annuaires du BTP. Fort d’une base de plus de 700.000 sociétés qualifiées, SAGERET met en relation les professionnels et fait connaître leur savoir-faire grâce à une offre de services dédiée aux acteurs de la construction.

Nos activités

  • Edition de guides et annuaires
  • Référencement web
  • Création de sites Internet
  • Location et vente de fichiers
  • Organisation d’événements
  • Prestations audiovisuelles
  • Régie publicitaire

Contacts

SAGERET
5 rue Saulnier, 75009 Paris - FRANCE
Tél. : +33 (0)1 70 95 15 50
Fax : +33 (0)1 70 95 15 90
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
logo SAGERET