Le groupe français de BTP et de concessions Vinci a annoncé mercredi qu'il allait réaliser deux importants centres de traitement des déchets dans deux comtés en Grande-Bretagne, pour un montant global de plus de 380 millions deuros.

Dans le comté de Hertfordshire, Vinci a été choisi par le groupe Veolia Environnement pour la conception-réalisation du futur centre de traitement de déchets, indique le communiqué.

Alternative à lenfouissement des déchets, ce centre multi-filières permettra de recycler environ 10% des déchets et de valoriser thermiquement le reste pour alimenter en électricité léquivalent de 50.000 foyers. Les travaux doivent démarrer fin 2013 pour une mise en service au printemps 2016.

Vinci réalisera également le futur centre de traitement des déchets multi-filières de la ville de York et du comté de North Yorkshire pour lopérateur AmeyCespa. Le contrat porte sur la conception-construction de lunité de valorisation énergétique, les aménagements de lensemble du site ainsi que le génie civil des bâtiments.

Le futur Waste Recovery Park réduira dau moins 90% la quantité de déchets ménagers destinés à lenfouissement qui représentent aujourdhui un peu plus de la moitié des déchets produits par les 760.000 habitants du comté. La valorisation des déchets ménagers permettra dalimenter en électricité jusquà 40.000 foyers.

Les travaux doivent démarrer à lautomne 2012 pour une mise en service fin 2015.

© 2011 AFP


Les autorités américaines ont annoncé lundi de nouvelles mesures censées aider les emprunteurs immobiliers en détresse à modifier les termes de leurs prêts.

Ces mesures doivent permettre aux emprunteurs devant plus que la valeur du bien pour lequel ils ont emprunté d'accéder plus facilement et à un moindre coût à un programme fédéral d'aménagement des emprunts hypothécaires baptisé HARP, indique l'Agence fédérale de financement du logement (FHFA) dans un communiqué.

L'annonce de la FHFA doit profiter aux ménages dont les emprunts ont été accordés ou sont garantis par les organismes de refinancement hypothécaire parapublics Fannie Mae et Freddie Mac.

Le président américain Barack Obama devait présenter ces mesures lundi dans le Nevada (ouest), un des Etats où la crise de l'immobilier se fait le plus sentir.

"Les emprunteurs qui doivent plus que la valeur de leur logement auront la possibilité de réduire le montant du capital qu'ils doivent bien plus vite s'ils tirent parti de la faiblesse actuelle des taux d'intérêts pour réduire la durée de leur emprunt hypothécaire" grâce à ces mesures, écrit la FHFA.

L'annonce de la FHFA, qui devrait commencer à entrer en vigueur à partir du 15 novembre, devrait avoir des effets limités.

L'Agence précise en effet que Fannie Mae et Freddie Mac n'ont contribué à aider que 10% des ménages ayant bénéficié du HARP. Elle rappelle de plus que la mise en oeuvre effective de ces mesures dépendra du bon vouloir des banques.

Celle-ci renâclent à aider les emprunteurs en difficulté en dépit de l'aide qu'elles reçoivent du gouvernement à chaque fois qu'elles acceptent une modification de prêt.

Selon les derniers chiffres officiels, le Trésor n'a déboursé que 2,5 milliards de dollars sur les 45,6 milliards qu'il a alloués pour venir en aide aux emprunteurs via les banques.

© 2011 AFP


Les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont rebondi fortement en septembre, tirées par le secteur de l'habitat collectif, selon des chiffres publiés mercredi à Washington par le département du Commerce.

Elles ont progressé de 15,0% par rapport au mois d'août, en données corrigées des variations saisonnières, ce qui correspond à leur hausse la plus forte depuis le mois d'avril, a indiqué le ministère.

Son indice de la construction affiche 658.000 départs de chantiers en rythme annualisé, alors que la prévision médiane des analystes le donnait à 595.000.

Ce rebond après la baisse du mois d'août, qui avait vu l'indice du ministère retomber à son niveau le plus bas depuis mai, a été tiré par un envol des mises en chantier d'habitations collectives, qui ont atteint leur niveau le plus élevé en trois ans.

Selon les chiffres du ministère, les mises en chantier de maisons individuelles, au coeur de toutes les attentions, ont progressé de 1,7% et restent encore très faibles, inférieures à leur niveau de juillet.

Signe peu encourageant, les permis de construire des logements accordés, qui donnent une idée de la tendance à venir de la construction, ont baissé en septembre, de 5,0% par rapport au mois d'août.

Selon le ministère, les autorités n'en ont accordé que 594.000 en rythme annualisé en septembre, alors que les analystes attendaient cet indicateur à 610.000.

La baisse a cependant été beaucoup plus marquée dans le secteur du logement collectif, soumis à de fortes variations d'un mois sur l'autre. Elle n'a été que de 0,2% pour les permis concernant les maisons individuelles.

© 2011 AFP


Un fonds immobilier dit "ouvert" de l'assureur français Axa a été mis en liquidation en Allemagne, après avoir été gelé pendant près de deux ans à cause de la crise financière, a annoncé mercredi la branche allemande de la société de fonds Axa Investment Managers.

"Le nombre d'investisseurs qui veulent rendre leurs parts à la réouverture du fonds est trop élevé", explique la société dans un communiqué. Le fonds devait initialement rouvrir avant le 16 novembre.

"Par ailleurs la crise de la zone euro s'est de nouveau amplifiée, ce qui rend les investisseurs incertains et retarde le processus décisionnel sur des achats immobiliers", ajoute le communiqué.

Les investisseurs pourront être dédommagés, peut-être seulement partiellement, après la vente des biens du fonds Axa Immoselect. Le versement du produit doit commencer en avril prochain, est-il précisé. Au 30 septembre, son patrimoine composé de biens immobiliers commerciaux en Europe avoisinait 2,5 milliards d'euros.

Mais seulement 10% de ses actifs sont actuellement sous forme de liquidités, or un niveau de liquidité d'environ 30% était requis pour permettre sa réouverture en bon ordre.

Avant la crise du "subprime" aux Etats-Unis, les fonds immobiliers ouverts étaient très prisés en Allemagne. Car contrairement à un investissement direct dans la pierre, ils permettent normalement de récupérer son argent à tout moment.

Mais après la crise économique, nombre de ces fonds ont été gelés pour éviter des retraits massifs d'investisseurs. Ils devaient rouvrir deux ans plus tard.

Avant Axa, l'américain Morgan Stanley, le britannique Aberdeen ou l'allemand KanAm notamment ont déjà procédé à la dissolution de fonds similaires en Allemagne depuis l'an dernier.

© 2011 AFP


Faire découvrir la politique européenne de "façon ludique et innovante" est l'ambitieux pari que s'est fixé le Parlamentarium, un grand espace d'exposition qui ouvre vendredi au coeur du quartier européen de Bruxelles.

Malgré son statut de "capitale de l'Europe" depuis un demi-siècle, Bruxelles n'avait jusqu'à présent aucun lieu de visite à proposer aux curieux de la construction européenne, contraints d'errer appareil photo en main dans le quartier peu attrayant de béton et de fer qui abrite les institutions européennes comme la Commission et le Parlement.

Parlamentarium vise à combler cette lacune dans un espace high-tech de 5.400 m2 installé à proximité des austères bâtiments du Parlement, de la Commission et du Conseil européens.

Gratuit et ouvert sept jours sur sept, ce musée "propose de faire un voyage surprenant au coeur de l'Europe" dans l'une des 23 langues officielles de l'UE, affirment ses promoteurs.

A l'aide d'écrans tactiles, de bornes interactives et de cartes en 3D, les visiteurs plongent dans le monde, souvent jugé rébarbatif, de la complexe prise de décision au sein des différentes institutions européennes. Un jeu de rôle permet ainsi aux adolescents de se mettre dans la peau de l'un des 736 députés européens, qui siègent tantôt à Bruxelles, tantôt à Strasbourg.

Financé par le Parlement pour un coût de 21 millions d'euros, Parlamentarium espère accueillir "jusqu'à 450.000 visiteurs par an" et se veut la première pierre d'un véritable "campus européen".

Cet espace ouvre ses portes alors que l'idéal européen qu'il défend est fortement remis en cause, affecté par la crise de la dette souveraine et la montée du nationalisme dans de nombreux pays.

"L'exposition montre que l'Europe a vécu un long chemin et soutient un projet politique commun qui, j'en suis sûr, résistera et l'emportera sur les difficultés que nous affrontons en ce moment", a déclaré Jerzy Buzek, le président du Parlement, en l'inaugurant cette semaine.

(http://www.europarl.europa.eu/visiting/fr/parlamentarium.html)

© 2011 AFP


La Chine va investir jusqu'à 4.000 milliards de yuans (457 milliards d'euros) au cours de la décennie à venir pour combattre un déficit en eau qui menace sa croissance économique, a déclaré mercredi le vice-ministre chinois des Ressources aquatiques, Jiao Yong.

"L'industrialisation et l'urbanisation, tout comme les besoins de la sécurité alimentaire accentuent la demande en eau" en Chine, a déclaré M. Jiao lors d'une conférence de presse en soulignant qu'une grande partie de l'eau disponible continuait à être gaspillée.

Il a ajouté que la croissance économique débridée avait provoqué la pollution de près de 40% des cours d'eau du pays, et que quelque 46.000 réservoirs devaient être réparés ou reconstruits pour assurer les besoins en irrigation et protéger les populations des inondations.

Il a précisé que des projets pour un coût de 1.800 milliards de yuans, soit près de la moitié du total, allaient être entrepris d'ici 2015.

Des fonds supplémentaires seront aussi nécessaires pour protéger le réservoir du plus grand barrage du monde, celui des Trois Gorges sur le fleuve Yangtsé, des catastrophes géologiques comme des glissements de terrain et de la pollution, a encore indiqué le responsable gouvernemental.

Le réservoir s'étend sur 600 kilomètres dans une région traversée par de nombreuses failles sismiques.

M. Jiao a indiqué que le gouvernement allait continuer à construire des barrages, parfois critiqués par les défenseurs de l'environnnement, ainsi que d'importantes infrastructures de diversion de l'eau.

Le plus emblématique de ces projets, constitué de trois axes, acheminera de l'eau du bassin du Yangtsé vers le nord aride du pays, pour un coût estimé à 60 milliards de dollars.

© 2011 AFP


Le gouvernement islandais a réclamé plus d'informations sur le groupe Zhongkun de l'investisseur chinois Huang Nubo qui souhaite acheter un immense terrain en Islande pour y développer un projet immobilier, a-t-on appris mardi auprès du représentant de M. Huang en Islande.

Cinq semaines après que M. Huang eut demandé à Reykjavik la dérogation nécessaire à un investisseur non-résident de l'espace économique européen pour acheter un terrain en Islande, le ministère islandais de l'Intérieur lui a envoyé une lettre demandant des précisions sur son entreprise ainsi que sur son projet, a déclaré à l'AFP Halldor Johansson.

"On peut se poser des questions quant au zèle du ministère", a relevé M. Johansson.

"Il y a une certaine réticence de la part du ministère (au projet de M. Huang, ndlr), mais la lettre ne prend pas position", a-t-il ajouté en précisant que les réponses à la lettre parviendraient aux autorités islandaises dans les tout prochains jours.

Magnat chinois de l'immobilier, Huang Nubo a proposé 10 millions de dollars pour quelque 300 km2 dans le nord-est de l'Islande afin d'y développer un complexe touristique de luxe comprenant un hôtel, un golf et la plus grande réserve naturelle d'Europe.

Des observateurs islandais estiment que Pékin pourrait ainsi chercher à s'implanter dans la région, lui permettant d'effectuer un travail préparatoire en vue de la course au pactole de l'Arctique.

Le groupe Zhongkun possède plusieurs établissements touristiques dans le monde. M. Huang a dit être attiré par la beauté sauvage de l'Islande et a promis de la respecter. En plus du prix d'achat proposé, il parle d'investir 200 millions de dollars pour la construction du complexe.

© 2011 AFP


Le volume d'ouvertures de centres commerciaux en Europe devrait pâtir de la détérioration de la conjoncture en 2012, après une progression des nouveaux mètres carrés de 26% cette année, selon une étude du conseil en immobilier dentreprise Cushman & Wakefield.

L'étude estime à 6,8 millions les mètres carrés de centres commerciaux inaugurés en Europe sur l'année 2011 si tous les projets arrivent à terme. En 2012, elle prévoit une baisse de 15% du nombre de nouveaux mètres carrés à 5,8 millions.

"La détérioration du climat économique après un été très agité pourrait même amplifier ce recul" l'année prochaine, prévoit Cushman & Wakefield.

"L'exacerbation de la crise de la dette souveraine, avec l'adoption de mesures d'austérité plus ou moins sévères selon les pays, devrait en effet peser sur le moral des ménages", explique l'étude.

Par ailleurs "plusieurs échéances électorales majeures, prévues en 2012 en France, en Espagne et en Russie, pourraient également contribuer à la dégradation du climat politique et social, fragilisant un peu plus l'activité du commerce de détail dans certains pays", relève Christian Dubois, directeur général de Cushman & Wakefield, cité par le communiqué.

"Le contexte semble donc désormais moins porteur pour des enseignes qui, depuis la fin de 2010, avaient revu leurs plans d'expansion à la hausse", ajoute-t-il.

D'ici la fin 2012, la Russie et la Turquie concentrent 41% des ouvertures prévues.

Le volume le plus important d'ouvertures en Europe de l'Ouest se situe en France, même en l'absence de projet géant, notamment en raison d'importants projets d'extension et de redeveloppement de centres commerciaux existants.

"Reflet de la maturité du marché français des centres commerciaux, la tendance à l'amélioration du parc existant devrait s'amplifier dans les années à venir d'autant que ce type d'opérations reste prisé par des opérateurs échaudés par le démarrage difficile de nombreux centres ouverts récemment", relève M. Dubois.

© 2011 AFP


Le numéro un européen de l'immobilier commercial Unibail-Rodamco a annoncé vendredi l'acquisition d'un centre commercial à Barcelone (Espagne) et la vente de deux actifs à Magdeburg (Allemagne) et à Eindhoven (Pays-Bas).

Le centre commercial Splau, d'une surface de 55.100 m2, dans le sud de Barcelone, a été acquis pour un coût total de 189 millions d'euros auprès du groupe diversifié espagnol Acciona (BTP, services, énergie), indique le communiqué.

Ouvert en mai 2010, ce centre commercial, qui comprend 148 boutiques, un cinéma et 2.800 places de parking, a reçu 7,5 millions de visites lors de sa première année d'ouverture et devrait recevoir entre 9 et 10 millions de visites par an dans les années à venir, ajoute le communiqué.

Unibail-Rodamco complète ainsi son portefeuille de grands centres commerciaux situés dans la région de Barcelone où il possède déjà La Maquinista et Glories.

Le groupe présidé par Guillaume Poitrinal a par ailleurs cédé sa participation de 50% dans le centre Allee-Center Magdeburg en Allemagne à Deutsche Euroshop pour un total d'environ 117 millions d'euros.

Par ailleurs, Unibail-Rodamco a vendu le centre commercial et les bureaux du complexe Piazza Center à Eindhoven pour 109 millions d'euros à un consortium composé de Wijs & van Oostveen Vastgoed, TB Investments et Condo Inventures.

© 2011 AFP


La crise de la dette européenne "déprime l'économie et les perspectives du marché immobilier", estime le Royal Institute of Chartered Surveyors (RICS), une des plus importantes associations internationales des métiers de l'immobilier, dans un communiqué publié mercredi.

Pour le RICS, "il n'y a pas que la tension liée à la dette souveraine en Europe périphérique qui crée un stress dans le secteur bancaire ailleurs en Europe (Allemagne, France etc..), mais également la volatilité financière élevée du marché qui pèse sur les affaires et sur la confiance des consommateurs. Les secteurs de la construction et de l'immobilier de la région vont en souffrir".

"L'augmentation de la difficulté du secteur bancaire à se financer se traduit typiquement par un resserrement des conditions de crédit pour les propriétaires et les entreprises. Etant donné l'intensification des obstacles rencontrés par les banques pour trouver des financements depuis juillet, les conditions de crédit devraient se durcir davantage dans les mois à venir", estime le RICS.

Pour cette association, créé en 1868 à Londres et comptant 110.000 membres répartis dans 120 pays, "la détérioration du moral dans les affaires et chez les consommateurs, devrait aboutir à des reports d'investissements et à un échelonnement des dépenses".

"L'effet combiné des conditions de crédits restreintes et de la détérioration du moral auront des conséquences négatives pour les secteurs de l'immobilier et de la construction, déjà à 25% en-dessous de son niveau haut. On ne devrait pas voir rapidement une réelle amélioration, et il y a des risques pour que les prix de l'immobilier, dans toute la région dévissent à nouveau", conclut le RICS.

© 2011 AFP


A propos

SAGERET est la référence des annuaires du BTP. Fort d’une base de plus de 700.000 sociétés qualifiées, SAGERET met en relation les professionnels et fait connaître leur savoir-faire grâce à une offre de services dédiée aux acteurs de la construction.

Nos activités

  • Edition de guides et annuaires
  • Référencement web
  • Création de sites Internet
  • Location et vente de fichiers
  • Organisation d’événements
  • Prestations audiovisuelles
  • Régie publicitaire

Contacts

SAGERET
5 rue Saulnier, 75009 Paris - FRANCE
Tél. : +33 (0)1 70 95 15 50
Fax : +33 (0)1 70 95 15 90
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
logo SAGERET