La France est devenue le pays préféré des Britanniques pour l'achat d'une résidence secondaire à l'étranger, détrônant l'Espagne, selon une étude publiée lundi à Londres.

L'Hexagone bénéficie d'une "image de stabilité" mettant les prix de l'immobilier à l'abri d'un retournement brutal et profite de sa "facilité d'accès". Ces atouts "en font un choix sûr pour les acheteurs britanniques", surtout en période d'incertitude économique, notent les commanditaires de l'étude, le groupe immobilier Savills et le site internet HomeAway.

En France, comme en Italie ou en Suisse, ce sont les propriétés de "style traditionnel" qui rencontrent le plus de succès, relève cette étude réalisée en 2011.

Dans d'autres pays comme Chypre, les Etats-Unis, et dans une moindre mesure l'Espagne ou le Portugal, les acheteurs recherchent plutôt des logements modernes.

Parmi les critères de choix primordiaux aux yeux des Britanniques, figurent la proximité de bars et restaurants, de plages et d'aéroports, ainsi que les attractions culturelles et les parcours de golf.

© 2011 AFP


Les Cimenteries du Cameroun (Cimencam), filiale camerounaise du groupe français Lafarge, vont investir "près de 50 milliards de FCFA (76,2 millions d'euros)" dans la construction d'une cimenterie dans une banlieue de Yaoundé, a rapporté vendredi la radio d'Etat.

Le lancement des travaux de construction de l'usine Cimencam, qui produira "600.000 tonnes" de ciment par an, a eu lieu vendredi, a rapporté la Cameroon Radio-Television (CRTV).

Cette annonce survient alors que la semaine dernière le groupe nigérian Dangote avait annoncé qu'il allait investir près de 84 millions d'euros dans la construction d'une autre cimenterie à Douala (sud), la capitale économique.

Les deux projets devraient permettre au Cameroun de faire face à son déficit en ciment, le pays connaissant parfois des pénuries. Avant l'annonce de Dangote, Cimencam était en situation de monopole au Cameroun.

L'usine du groupe nigérian produira annuellement 1,5 million de tonnes de ciment. Le groupe nigérian appartient à Aliko Dangote qui a été désigné l'homme le plus riche d'Afrique par le magazine américain Forbes. Son groupe est actif dans les secteurs des hydrocarbures, bancaire et agroalimentaire notamment. Il a récemment ouvert en Zambie une cimenterie d'une valeur de 400 millions de dollars et est actif dans 14 pays d'Afrique, selon le communiqué du groupe la semaine dernière.

© 2011 AFP


Le nombre de logements hypothéqués en Espagne, indicateur de l'activité immobilière du pays, a chuté en juillet pour le 15e mois consécutif, atteignant un plancher historique, selon les chiffres publiés jeudi par l'Institut national de la statistique (Ine).

Au total, 29.523 logements ont été hypothéqués en juillet, soit 9,7% de moins qu'en juin. C'est le niveau plus bas depuis le début de la série statistique, en 2003.

Le montant du capital prêté, 3,27 milliards d'euros, est lui en baisse de 51,8% sur un an et de 8,7% sur un mois.

En Espagne, pratiquement toutes les personnes qui achètent un logement avec un financement extérieur souscrivent une hypothèque.

Le pays, dont la croissance a été portée pendant des années par la bulle immobilière, a fortement souffert de son éclatement, fin 2008, et le secteur espagnol de la construction reste sinistré, de même que les banques du pays, en tant que créancières.

Ces dernières se montrent désormais très réticentes à accorder des prêts, ce qui explique la chute des hypothèques.

De même, les nouveaux acheteurs se font plus rares depuis la hausse de la TVA, en juillet 2010, et la fin d'une déduction fiscale pour l'acquisition d'un logement, le 31 décembre dernier.

Au deuxième trimestre 2011, les ventes de logements ont ainsi chuté de 40,8% sur un an.

Alors que le pays compte encore un stock d'environ un million et demi de logements (neufs et anciens), le gouvernement espagnol vient d'adopter une nouvelle mesure pour tenter de le résorber: une baisse de la TVA de 8% à 4% sur l'achat de logements neufs, effective jusqu'à la fin de l'année.

© 2011 AFP


Le groupe français de BTP et de concessions Vinci a annoncé jeudi qu'il venait de finaliser le financement d'une section de l'autoroute A9 entre Berlin et Munich d'une longueur de 46,5 kilomètres.

La société de projet Via Gateway Thuringen, détenue à parité par Vinci et le groupe néerlandais BAM, a finalisé le financement du contrat de partenariat conclu début août, indique Vinci dans un communiqué.

Le contrat porte sur le financement, la conception, lélargissement et la rénovation, puis l'exploitation et la maintenance pendant 20 ans dun tronçon autoroutier de 46,5 km de l'A-Modell A9 --entre léchangeur de Lederhose et la frontière des Länder de Thuringe et de Bavière-- dont un élargissement à 2X3 voies sur 19 km.

Représentant un investissement total de l'ordre de 220 millions d'euros, le projet sera financé par un prêt bancaire de 120 millions d'euros d'une maturité maximale de 19,5 ans auprès de la banque espagnole BBVA et de la banque d'investissement de l'Etat allemand KfW, une subvention de 88 millions d'euros de l'Etat fédéral et des fonds propres souscrits par les actionnaires de la société de projet pour environ 12 millions d'euros, indique Vinci.

Ce contrat de partenariat est le premier projet autoroutier en Allemagne à ne pas dépendre du nombre de voitures à le parcourir: la rémunération du concessionnaire sera assurée par une redevance déterminée en fonction de la disponibilité de la section autoroutière à la circulation, souligne Vinci.

Le contrat entrera en vigueur le 1er octobre 2011. Les travaux, d'une durée d'environ 3 ans, seront réalisés par un groupement constructeur mené par Eurovia, filiale de Vinci, associé à Wayss & Freytag Ingenieurbau (filiale de BAM).

© 2011 AFP


La construction du plus haut immeuble de la capitale chinoise, qui mesurera 500 mètres et aura une forme de vase, a commencé mardi, a rapporté le groupe étatique CITIC.

La tour nommée Zun, d'après le nom d'un vase à vin traditionnel, servira à la fois d'immeuble de bureaux et d'attraction touristique. Elle sera construite avec les technologies d'économie d'énergie les plus récentes, selon le quotidien Global Times.

Selon des maquettes publiées sur l'internet, la structure élancée en verre et en acier comprendra une plate-forme d'observation sur son toit.

La tour Zun est construite à un jet de pierre de la numéro trois du China World Trade Center, actuellement la plus élevée de la capitale chinoise avec 330 mètres de haut.

Pékin, est comme d'autres villes chinoises, devenue un aimant pour les architectes du monde entier grâce au boom de la construction qui accompagne la très forte croissance économique du pays.

Un opéra a notamment été construit par l'architecte français Paul Andreu non loin de la place Tiananmen, ainsi qu'une tour en forme de pantalon pour la télévision nationale CCTV, réalisée par l'architecte Rem Koolhaas et considérée comme l'une des oeuvres architecturales contemporaines les plus osées.

© 2011 AFP


Une société chinoise va construire un complexe résidentiel pour 439 millions de dollars (322 millions d'euros) en dehors de la capitale Maputo, dans le but de créer une nouvelle banlieue pour la classe moyenne, rapportent les médias d'Etat mardi.

Le Premier ministre Aires Ali a lancé ce projet qui porte sur 5.000 logements dans la ville de Matola, près de Maputo, selon le journal Noticias.

Le Mozambique, l'un des pays les plus pauvres de la planète, a conclu un accord en ce sens en août avec la société chinoise Henan Guoji Industrial and Development company.

"Ce projet est une nouvelle preuve tangible de la coopération avec la Chine", a déclaré le Premier ministre, selon le journal.

Le groupe chinois va construire des logements, des routes, des cliniques et un centre commercial en 18 mois. La zone sera reliée aux résaux d'électricité et d'alimentation en eau.

Les autorités mozambicaines envisagent de construire d'autres complexes de 5.000 logements dans d'autres régions du pays.

Les jeunes cadres et les fonctionnaires désirant acquérir ces logements bénéficieront de prêts subventionnés, selon Noticias.

De tels projets ont été critiqués, car peu de Mozambicains peuvent se permettre de faire l'acquisition de tels logements dans un pays où la majeure partie de la population survit grâce à une agriculture vivrière.

© 2011 AFP


Les ménages américains se désendettent sans discontinuer depuis trois ans, selon des chiffres publiés vendredi par la banque centrale des Etats-Unis (Fed).

L'endettement personnel des ménages a reculé au printemps pour le douzième trimestre d'affilée, de 0,6% par rapport au premier trimestre (en rythme annualisé), pour atteindre 13.298,1 milliards de dollars au 30 juin, selon les tableaux de la comptabilité nationale publiés sur le site internet de la Fed.

La dette totale des ménages équivalait ainsi à environ 89% du produit intérieur brut des Etats-Unis en rythme annualisé au deuxième trimestre.

Le rythme de désendettement des Américains apparaît néanmoins comme étant le plus faible relevé depuis l'amorce de cette tendance, à l'été 2008.

Le désendettement du deuxième trimestre a été tiré par une baisse de 2,4% des sommes dues au titre de prêts au logement (dont l'encours représente environ 75% de la dette des ménages).

Au contraire, le recours des ménages au crédit à la consommation a progressé pour le troisième trimestre d'affilée. Le montant des sommes ainsi dues a augmenté de 3,4%, ce qui marque une nette accélération par rapport au premier trimestre.

Les ménages font l'inverse de ce que souhaitent les autorités. Celles-ci voudraient qu'ils profitent de la faiblesse des taux pour emprunter davantage pour leur habitation, ce qui aiderait à faire repartir un marché du logement sinistré.

Le gouvernement voudrait également que les Américains ne reprennent pas ce qui a été identifié comme les mauvaises habitudes d'avant la crise en ayant trop facilement recours au crédit à la consommation.

Mais la situation est compliquée par le fait que la reprise économique risque d'être condamnée à stagner ou presque sans soutien de la consommation. Or les ménages n'ont guère de marges et apparaissent plutôt frileux.

Certaines études ont montré que, face à la flambée des cours de l'essence et au regain de l'inflation, de nombreux Américains ont été contraints de recourir au crédit à la consommation pour assurer leurs dépenses incompressibles.

© 2011 AFP


Les saisies immobilières aux Etats-Unis ont baissé en août, a indiqué jeudi le cabinet spécialisé RealtyTrac.

Au total, 64.813 logements ont été saisis par des créanciers ce mois-là, soit 4% de moins qu'en juillet, et 32% de moins qu'un an plus tôt, selon les chiffres de RealtyTrac.

Néanmoins, le nombre total des procédures de saisie engagées aux Etats-Unis a augmenté de 7% sur un mois en août, indique le cabinet dans un communiqué.

Selon lui, ce "pourrait être le signe que les bailleurs commencent à reprendre certaines des procédures qui avaient été mises en veille" à la suite du scandale ayant éclaté il y a un an après la révélation d'irrégularités à grande échelle dans le traitement de ces dossiers par plusieurs grandes banques et sociétés de recouvrement de créances.

Selon RealtyTrac, un nombre record de 1.050.500 logements ont été saisis aux Etats-Unis par des créanciers en 2010.

Elizabeth Duke, gouverneur à la banque centrale américaine (Fed), a jugé le 1er septembre que le problème des saisies ne donnait aucun signe d'amélioration et que ce fléau devrait toucher encore un million de foyers en 2013.

"On estime à environ un million ou plus le nombre de logements qui vont être récupérés par des créanciers en 2011, et à un million environ chaque année en 2012 ou 2013", a-t-elle déclaré.

© 2011 AFP


La nouvelle taxe annoncée dimanche en Grèce sur la propriété immobilière pour combler le dérapage des comptes publics, dont seront exemptés églises et clubs de foot amateurs, a provoqué jeudi un tollé dans la presse grecque.

Dans un pays où le taux de propriétaires est l'un des plus élevés d'Europe (plus de 70%) et l'évasion fiscale un sport national, l'annonce d'une nouvelle taxe sur la propriété immobilière, dont le montant augmente de jour en jour, suscite une vague de réprobation alors que la récession et les déficits s'agravent.

La nouvelle taxe aura un taux variable en fonction de l'usage, de la taille et de la zone où se situe le bien immobilier.

Dimanche, le jour où elle a été annoncée, le taux maximum devait être de 10% par mètre carré, mais sous la pression des créanciers du pays, il a été remonté à 16%. Elle doit être perçue "immédiatement" via les factures d'électricité, avec coupures de courant à la clé pour ceux qui ne paieront pas.

"Le gros larcin" titrait Elefthérotypia (gauche) pour désigner la nouvelle taxe qui vise à combler un trou de 2 milliards d'euros.

"Fraude et insensibilité pour cette extorsion sur l'immobilier", titrait également à la une Eleftheros Typos (droite).

"Je n'en croyais pas mes yeux en lisant le communiqué ministériel", a indiqué Vangélis Abeliotis, un comptable, à la radio Flash jeudi matin. Selon lui, une famille qui possède un appartement devra payer 1.000 euros en moyenne en plus de subir la hausse de la TVA, l'inflation et de probables coupes salariales.

Au total, pour faire face à l'urgence, la taxe sera perçue via les factures d'électricité et portera sur quelque 562 millions de m2, d'une valeur commerciale de 1.000 milliards d'euros.

"C'est une honte de laisser l'Eglise en dehors de cette mesure", a déploré la députée Pasok (socialiste), Soula Merentiti, dans le quotidien Ta Néa, qui titrait "La nouvelle taxe, un choc" pour les contribuables.

L'immobilier est un investissement traditionnel en Grèce, fournissant des revenus d'appoint qui servent de bas de laine et de protection sociale pour une grande partie de la population.

Le Premier ministre Georges Papandréou a chiffré dimanche à 400 milliards d'euros la propriété immobilière des Grecs alors que la dette publique est de 350 milliards d'euros.

La nouvelle taxe a été décidée à la suite des pressions des créanciers du pays, l'UE et le FMI, pour accélérer les réformes et respecter les objectifs budgétaires de réduction du déficit et de la dette, afin de sécuriser la poursuite de leur aide financière.

© 2011 AFP


Le centre historique de la ville argentine de Goya (nord-est), appelé "Le Petit Paris" en raison de l'architecture de ses bâtiments du XIXè siècle, va devenir une zone protégée, selon un rapport de la Commission des Monuments (CNM) obtenu mardi par l'AFP.

La plus haute autorité en matière de patrimoine en Argentine a demandé à la ville de Goya de "modifier les règles d'urbanisme en vigueur pour se mettre en conformité avec cette déclaration en établissant une zone protégée", indique un rapport de l'architecte Laura Weber, conseillère de la Commission des monuments.

Un scandale lié au patrimoine de Goya a éclaté en décembre, lorsque le Théâtre Solari, un monument historique appartenant à un privé, a été mis en vente. Les Argentins ont alors découvert l'état déplorable dans lequel se trouvait le théâtre, le plus ancien du pays.

La CNM avait alors donné l'ordre de démolir les locaux commerciaux qui défigurent sa façade et de le restaurer. Le gouverneur de la province de Corrientes, Ricardo Colombi, avait rencontré le propriétaire et il semblait que le théâtre allait être réhabilité.

Mais il n'en fut rien et neuf mois plus tard, la situation a empiré dans le centre historique: une maison ancienne a été détruite face au théâtre et remplacée par un bâtiment "qui rompt avec la ligne du pâté de maisons et de la ville tout entière", selon le document de la CNM, qui a décidé de protéger l'ensemble du centre historique.

"La valeur patrimoniale du centre de Goya mérite d'être préservée", a déclaré à l'AFP Teresa Anchorena, membre de la CNM et auteur du projet de déclaration qui fait de Goya un "lieu historique".

C'est d'abord le Solari, inauguré en 1877, connu pour ses représentations fastueuses, qui a valu à cette ville de près de 80.000 habitants d'être comparée à la Ville Lumière. Le célèbre Théâtre Colon de Buenos Aires date, lui, de 1908.

Hier très riche, Goya est devenue l'une des villes les plus pauvres du pays. "C'est une occasion inespérée pour Goya", a déclaré le peintre Rodolfo Insaurralde, membre de l'ONG Projet Goya de défense du patrimoine de la ville. "Cette déclaration ouvre la voie au tourisme culturel", a-t-il ajouté.

© 2011 AFP


A propos

SAGERET est la référence des annuaires du BTP. Fort d’une base de plus de 700.000 sociétés qualifiées, SAGERET met en relation les professionnels et fait connaître leur savoir-faire grâce à une offre de services dédiée aux acteurs de la construction.

Nos activités

  • Edition de guides et annuaires
  • Référencement web
  • Création de sites Internet
  • Location et vente de fichiers
  • Organisation d’événements
  • Prestations audiovisuelles
  • Régie publicitaire

Contacts

SAGERET
5 rue Saulnier, 75009 Paris - FRANCE
Tél. : +33 (0)1 70 95 15 50
Fax : +33 (0)1 70 95 15 90
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
logo SAGERET