Le parlement grec a adopté mardi soir un amendement imposant en urgence une nouvelle taxe immobilière controversée pour combler les déficits publics et respecter les objectifs budgétaires du pays, au coeur de la crise de la dette et de la zone euro.

La taxe, qui fait partie des mesures d'austérité imposées par les créanciers de la Grèce, a provoqué un tollé en Grèce où plus de 70% des habitants sont propriétaires. Elle a été adoptée après un vote nominatif au cours duquel seule la majorité socialiste a voté en sa faveur (155 voix sur 297 présents) tandis que tous les partis d'opposition ont voté contre.

"L'important c'est d'arriver à atteindre les objectifs budgétaires de 2011 et de 2012", a indiqué au parlement le ministre des Finances Evangélos Vénizélos, peu avant le début du vote.

Selon le ministère grec des Finances, la valeur totale de l'immobilier grec pèse quelque 400 milliards d'euros, soit un ordre de grandeur équivalent à celui de la dette publique grecque (plus de 350 milliards d'euros en 2011).

La taxe, qui portera sur environ 562 millions de mètres carré construits, ne représente que "0,2% de la valeur réelle de l'immobilier, un fardeau complètement tolérable", estime le ministère.

M. Vénizélos s'est engagé la semaine dernière à exempter les chômeurs de longue durée de cette taxe, à condition que l'ensemble de leurs revenus familiaux ne soient pas supérieurs à 12.000 euros et que la valeur de l'immobilier qu'ils détiennent ne soit pas supérieure à 150.000 euros".

Cette taxe d'urgence, imposée pour rattraper le dérapage du déficit public en 2011 par rapport à l'objectif initial, devait initialement toucher l'ensemble des contribuables, chômeurs compris, à l'exception des églises et monastères de l'église orthodoxe -deuxième propriétaire foncier du pays-, des clubs de football amateur et des hôtels.

La mesure a provoqué un tollé dans le pays, qui subit une récession pour la troisième année consécutive et se trouve soumis à une série de mesures d'austérité successives depuis deux ans.

Le gouvernement a annoncé cette mesure il y a dix jours, sous pression des créanciers du pays, l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI), qui avaient constaté un dérapage des comptes du pays et un trou de deux milliards d'euros.

Elle a été suivie par une série d'autres mesures d'austérité, dont l'instauration de chômage technique pour 30.000 employés des sociétés publiques d'ici fin 2011, la baisse du seuil minimum d'imposition sur le revenu à 5.000 euros et la réduction des retraites supérieures à 1.200 euros.

© 2011 AFP


Les prix des logements aux Etats-Unis sont restés stables en juillet par rapport à juin, selon l'enquête Case-Shiller publiée mardi par Standard and Poor's.

En données corrigées des variations saisonnières, les prix des logements à la vente dans les vingt plus grandes métropoles américaines n'ont pas varié par rapport au mois précédent pour le deuxième mois d'affilée, a indiqué l'agence de notation dans un communiqué.

L'étude révèle néanmoins qu'enjuillet, les prix ont baissé dans la moitié des agglomérations couvertes par l'enquête, qu'ils sont restés stables dans deux métropoles et qu'ils n'ont augmenté que dans huit autres.

En glissement annuel, l'indice Case-Shiller a continué de baisser, de 4,1% par rapport à juillet, soit un peu moins que ne le pensaient les analystes, dont la prévision médiane donnait une baisse de 4,5%.

L'indice reste très proche de son point bas touché en mars et évolue à des niveaux correspondant à ceux qui étaient les siens en 2003.

"Nous sommes encore loin d'une reprise durable" des prix des logements, notent les auteurs de l'étude.

© 2011 AFP


Les ménages américains se débattent face à une conjoncture très difficile, sans véritable espoir de voir leur situation s'améliorer à court terme, selon deux indicateurs économiques publiés mardi aux Etats-Unis.

L'indice de confiance des consommateurs établi par le Conference Board est resté particulièrement faible en septembre après sa chute du mois précédent.

Cet indicateur n'a progressé que de 0,2 point pour s'établir à 45,4, alors que l'estimation médiane des analystes le donnait à 46,6.

Le moral des ménages est encore très loin de son niveau de juillet (59,2). "Fondamentalement, il n'a pas varié", écrit le Conference Board, pour qui "le pessimisme qui s'était emparé des consommateurs le mois dernier a gagné du terrain en septembre".

"Les attentes des consommateurs, qui s'étaient effondrées en août, n'ont affiché qu'une progression marginale", note cet institut privé spécialisé dans les enquêtes de conjoncture.

"De plus, les consommateurs ont exprimé des inquiétudes plus grandes que le mois précédent en ce qui concerne leurs revenus espérés, ce qui est de mauvais augure pour leurs dépenses", ajoute le texte.

Selon l'enquête du Conference Board, la proportion des consommateurs pour qui il est "difficile d'obtenir" un emploi a progressé de 1,5 point par rapport à août et est désormais de 50,0%, et seuls 12,0% des Américains estiment que les offres d'emploi vont augmenter dans les mois à venir.

"La confiance des consommateurs est tombée à des niveaux dignes d'une récession", note Chris Christopher, du cabinet d'analystes IHS Global Insight.

Pour lui la seule bonne nouvelle est que l'indice du Conference Board ne soit pas tombé davantage en septembre.

Le moral des ménages reste "déprimé", juge son confrère Peter Newland, de Barclays Capital, pour qui les chiffres officiels de la consommation pour le mois d'août devraient permettre vendredi de se faire une idée de la relation entre la chute de la confiance du mois dernier et le niveau des dépenses des Américains.

La confiance des consommateurs ne semble pas en mesure de s'améliorer rapidement, vu les difficultés persistantes du marché du logement dont a témoigné mardi l'enquête Case-Shiller publiée par Standard and Poor's.

Celle-ci indique que les prix des logements à la vente dans les vingt plus grandes métropoles américaines se sont stabilisés en juillet pour le deuxième mois d'affilée (en données corrigées des variations saisonnières par rapport au mois précédent).

En glissement annuel, néanmoins, l'indice Case-Shiller a continué de baisser, de 4,1%.

Très proche de son point bas touché en mars, l'indice évolue à des niveaux correspondant à ceux qui étaient les siens en 2003. "Nous sommes encore loin d'une reprise durable" des prix des logements, notent les auteurs de l'étude.

Dans un pays où les deux tiers des ménages sont propriétaires de leur habitation, la faiblesse des cours du logement a un effet direct sur le patrimoine des Américains, et donc sur leur propension à consommer.

Or plusieurs analystes estiment que la stabilisation des prix en glissement mensuel ne devrait pas durer.

Ian Shepherdson, du cabinet HFE, prévoit ainsi "de nouvelles baisses de prix d'ici à la fin de l'automne", mais pas un "nouvel effondrement" du marché.

© 2011 AFP


Les ventes de maisons individuelles neuves ont reculé en août pour le quatrième mois d'affilée aux Etats-Unis, selon des chiffres publiés lundi à Washington par le département du Commerce.

La baisse s'est accentuée puisqu'elle a atteint 2,3% par rapport au mois précédent, en données corrigées des variations saisonnières, après un recul de 0,3% en juillet, a indiqué le ministère.

Selon ses chiffres, les ventes de maisons neuves se sont établies à 295.000 transactions en rythme annualisé en août, soit un peu plus haut que les 293.000 correspondant à la prévision médiane des analystes.

En glissement annuel, les ventes de maisons neuves ont progressé de 6,1%, a indiqué le ministère.

Néanmoins, avec la dégradation des derniers mois, son indice des ventes publié depuis 1963 se rapproche de son record de faiblesse de 281.000 transactions en rythme annualisé touché en février.

Le nombre de maisons neuves à vendre à la fin du mois a encore baissé pour tomber à 162.000 et effacer son record de faiblesse du mois précédent.

Le prix médian des transactions a chuté de près de 9% par rapport au mois de juillet, et est retombé à 209.100 dollars, son niveau le plus faible depuis le mois d'octobre.

L'immobilier neuf aux Etats-Unis souffre de l'abondance de biens récents, construits lors de la dernière bulle immobilière (2003-2007), et de l'inondation du marché par les logements saisis vendus à des prix cassés.

La réduction progressive du stock de logements neufs à vendre doit poser les bases d'une reprise de la construction si tant est que la purge des saisies s'achève et que la demande se redresse, ce qui n'est toujours pas vraiment le cas malgré la faiblesse des taux immobiliers.

© 2011 AFP


La France est devenue le pays préféré des Britanniques pour l'achat d'une résidence secondaire à l'étranger, détrônant l'Espagne, selon une étude publiée lundi à Londres.

L'Hexagone bénéficie d'une "image de stabilité" mettant les prix de l'immobilier à l'abri d'un retournement brutal et profite de sa "facilité d'accès". Ces atouts "en font un choix sûr pour les acheteurs britanniques", surtout en période d'incertitude économique, notent les commanditaires de l'étude, le groupe immobilier Savills et le site internet HomeAway.

En France, comme en Italie ou en Suisse, ce sont les propriétés de "style traditionnel" qui rencontrent le plus de succès, relève cette étude réalisée en 2011.

Dans d'autres pays comme Chypre, les Etats-Unis, et dans une moindre mesure l'Espagne ou le Portugal, les acheteurs recherchent plutôt des logements modernes.

Parmi les critères de choix primordiaux aux yeux des Britanniques, figurent la proximité de bars et restaurants, de plages et d'aéroports, ainsi que les attractions culturelles et les parcours de golf.

© 2011 AFP


Les Cimenteries du Cameroun (Cimencam), filiale camerounaise du groupe français Lafarge, vont investir "près de 50 milliards de FCFA (76,2 millions d'euros)" dans la construction d'une cimenterie dans une banlieue de Yaoundé, a rapporté vendredi la radio d'Etat.

Le lancement des travaux de construction de l'usine Cimencam, qui produira "600.000 tonnes" de ciment par an, a eu lieu vendredi, a rapporté la Cameroon Radio-Television (CRTV).

Cette annonce survient alors que la semaine dernière le groupe nigérian Dangote avait annoncé qu'il allait investir près de 84 millions d'euros dans la construction d'une autre cimenterie à Douala (sud), la capitale économique.

Les deux projets devraient permettre au Cameroun de faire face à son déficit en ciment, le pays connaissant parfois des pénuries. Avant l'annonce de Dangote, Cimencam était en situation de monopole au Cameroun.

L'usine du groupe nigérian produira annuellement 1,5 million de tonnes de ciment. Le groupe nigérian appartient à Aliko Dangote qui a été désigné l'homme le plus riche d'Afrique par le magazine américain Forbes. Son groupe est actif dans les secteurs des hydrocarbures, bancaire et agroalimentaire notamment. Il a récemment ouvert en Zambie une cimenterie d'une valeur de 400 millions de dollars et est actif dans 14 pays d'Afrique, selon le communiqué du groupe la semaine dernière.

© 2011 AFP


Le nombre de logements hypothéqués en Espagne, indicateur de l'activité immobilière du pays, a chuté en juillet pour le 15e mois consécutif, atteignant un plancher historique, selon les chiffres publiés jeudi par l'Institut national de la statistique (Ine).

Au total, 29.523 logements ont été hypothéqués en juillet, soit 9,7% de moins qu'en juin. C'est le niveau plus bas depuis le début de la série statistique, en 2003.

Le montant du capital prêté, 3,27 milliards d'euros, est lui en baisse de 51,8% sur un an et de 8,7% sur un mois.

En Espagne, pratiquement toutes les personnes qui achètent un logement avec un financement extérieur souscrivent une hypothèque.

Le pays, dont la croissance a été portée pendant des années par la bulle immobilière, a fortement souffert de son éclatement, fin 2008, et le secteur espagnol de la construction reste sinistré, de même que les banques du pays, en tant que créancières.

Ces dernières se montrent désormais très réticentes à accorder des prêts, ce qui explique la chute des hypothèques.

De même, les nouveaux acheteurs se font plus rares depuis la hausse de la TVA, en juillet 2010, et la fin d'une déduction fiscale pour l'acquisition d'un logement, le 31 décembre dernier.

Au deuxième trimestre 2011, les ventes de logements ont ainsi chuté de 40,8% sur un an.

Alors que le pays compte encore un stock d'environ un million et demi de logements (neufs et anciens), le gouvernement espagnol vient d'adopter une nouvelle mesure pour tenter de le résorber: une baisse de la TVA de 8% à 4% sur l'achat de logements neufs, effective jusqu'à la fin de l'année.

© 2011 AFP


Le groupe français de BTP et de concessions Vinci a annoncé jeudi qu'il venait de finaliser le financement d'une section de l'autoroute A9 entre Berlin et Munich d'une longueur de 46,5 kilomètres.

La société de projet Via Gateway Thuringen, détenue à parité par Vinci et le groupe néerlandais BAM, a finalisé le financement du contrat de partenariat conclu début août, indique Vinci dans un communiqué.

Le contrat porte sur le financement, la conception, lélargissement et la rénovation, puis l'exploitation et la maintenance pendant 20 ans dun tronçon autoroutier de 46,5 km de l'A-Modell A9 --entre léchangeur de Lederhose et la frontière des Länder de Thuringe et de Bavière-- dont un élargissement à 2X3 voies sur 19 km.

Représentant un investissement total de l'ordre de 220 millions d'euros, le projet sera financé par un prêt bancaire de 120 millions d'euros d'une maturité maximale de 19,5 ans auprès de la banque espagnole BBVA et de la banque d'investissement de l'Etat allemand KfW, une subvention de 88 millions d'euros de l'Etat fédéral et des fonds propres souscrits par les actionnaires de la société de projet pour environ 12 millions d'euros, indique Vinci.

Ce contrat de partenariat est le premier projet autoroutier en Allemagne à ne pas dépendre du nombre de voitures à le parcourir: la rémunération du concessionnaire sera assurée par une redevance déterminée en fonction de la disponibilité de la section autoroutière à la circulation, souligne Vinci.

Le contrat entrera en vigueur le 1er octobre 2011. Les travaux, d'une durée d'environ 3 ans, seront réalisés par un groupement constructeur mené par Eurovia, filiale de Vinci, associé à Wayss & Freytag Ingenieurbau (filiale de BAM).

© 2011 AFP


La construction du plus haut immeuble de la capitale chinoise, qui mesurera 500 mètres et aura une forme de vase, a commencé mardi, a rapporté le groupe étatique CITIC.

La tour nommée Zun, d'après le nom d'un vase à vin traditionnel, servira à la fois d'immeuble de bureaux et d'attraction touristique. Elle sera construite avec les technologies d'économie d'énergie les plus récentes, selon le quotidien Global Times.

Selon des maquettes publiées sur l'internet, la structure élancée en verre et en acier comprendra une plate-forme d'observation sur son toit.

La tour Zun est construite à un jet de pierre de la numéro trois du China World Trade Center, actuellement la plus élevée de la capitale chinoise avec 330 mètres de haut.

Pékin, est comme d'autres villes chinoises, devenue un aimant pour les architectes du monde entier grâce au boom de la construction qui accompagne la très forte croissance économique du pays.

Un opéra a notamment été construit par l'architecte français Paul Andreu non loin de la place Tiananmen, ainsi qu'une tour en forme de pantalon pour la télévision nationale CCTV, réalisée par l'architecte Rem Koolhaas et considérée comme l'une des oeuvres architecturales contemporaines les plus osées.

© 2011 AFP


Une société chinoise va construire un complexe résidentiel pour 439 millions de dollars (322 millions d'euros) en dehors de la capitale Maputo, dans le but de créer une nouvelle banlieue pour la classe moyenne, rapportent les médias d'Etat mardi.

Le Premier ministre Aires Ali a lancé ce projet qui porte sur 5.000 logements dans la ville de Matola, près de Maputo, selon le journal Noticias.

Le Mozambique, l'un des pays les plus pauvres de la planète, a conclu un accord en ce sens en août avec la société chinoise Henan Guoji Industrial and Development company.

"Ce projet est une nouvelle preuve tangible de la coopération avec la Chine", a déclaré le Premier ministre, selon le journal.

Le groupe chinois va construire des logements, des routes, des cliniques et un centre commercial en 18 mois. La zone sera reliée aux résaux d'électricité et d'alimentation en eau.

Les autorités mozambicaines envisagent de construire d'autres complexes de 5.000 logements dans d'autres régions du pays.

Les jeunes cadres et les fonctionnaires désirant acquérir ces logements bénéficieront de prêts subventionnés, selon Noticias.

De tels projets ont été critiqués, car peu de Mozambicains peuvent se permettre de faire l'acquisition de tels logements dans un pays où la majeure partie de la population survit grâce à une agriculture vivrière.

© 2011 AFP


A propos

SAGERET est la référence des annuaires du BTP. Fort d’une base de plus de 700.000 sociétés qualifiées, SAGERET met en relation les professionnels et fait connaître leur savoir-faire grâce à une offre de services dédiée aux acteurs de la construction.

Nos activités

  • Edition de guides et annuaires
  • Référencement web
  • Création de sites Internet
  • Location et vente de fichiers
  • Organisation d’événements
  • Prestations audiovisuelles
  • Régie publicitaire

Contacts

SAGERET
5 rue Saulnier, 75009 Paris - FRANCE
Tél. : +33 (0)1 70 95 15 50
Fax : +33 (0)1 70 95 15 90
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
logo SAGERET