Le parcours FEE Bat dédié à la maîtrise d’œuvre est désormais lancé ! Il s’organise autour de 4 sessions de formation, codifiées MOE-MOE.

Deux premières sessions ciblent prioritairement les problématiques de réhabilitation des bâtiments existants :

  • MOD-MOE-1 : Identifier les éléments clés d'une offre globale d'amélioration énergétique des bâtiments existants.
  • MOD-MOE-2 : Maîtriser les outils pour mettre en œuvre une offre globale d'amélioration énergétique des bâtiments existants. 

Deux autres sessions viendront compléter le parcours MOE en juin 2012.

  • MOD-MOE-3 : Enveloppe et conception de bâtiments étanches à l'air.
  • MOD-MOE-4 : Prévenir l'apparition de désordres et pathologies du bâti existant à l'issue du projet de réhabilitation énergétique 

Les résultats attendus de ces formations sont directement liés aux problématiques actuelles auxquelles les professionnels de la maîtrise d’œuvre sont confrontés :

  • Connaître et comparer des solutions techniques existantes pouvant être proposées lors de la mise en œuvre d’un projet de réhabilitation avec des objectifs de performance énergétique.
  • Favoriser un dialogue entre professionnels de la maîtrise d’œuvre sur leurs pratiques et les enjeux de l’approche globale énergétique du bâtiment.
  • Mettre en perspective le renouveau de leur rôle de prescripteurs auprès des maîtres d’ouvrage. 

Quelle prise en charge par les fonds d’assurance formation ? Chaque session de formation a un coût pédagogique plafonné à 400 euros HT pour 2 jours de formation effective. Chaque action de formation suivie par un professionnel de la maîtrise d’œuvre est cofinancée par EDF via le système national de Certificats d’Economie d’Energie (CEE), à hauteur de 50% des coûts pédagogiques hors taxes.

Le FIF-PL a signé une convention avec EDF pour participer au cofinancement des formations, et assurera la prise en charge pour les architectes libéraux et leurs homologues de la MOE. Ainsi, seuls 2,5% du coût pédagogique d’une action de formation (hors taxes) resteront à leur charge. Le FAFIEC a également conventionné avec EDF pour participer au cofinancement des formations, pour les salariés des bureaux d’études techniques et d’ingénierie. Resteront à la charge des entreprises du ressort du FAFIEC, 5% des coûts pédagogiques.

La CPNEFP Architecture ne l’ayant pas souhaité, l’OPCA-PL n’a pas signé de convention avec EDF. Aussi, les salariés des entreprises d’architecture verront leurs formations FEE Bat prises en charge selon les critères habituels de la branche pour les actions non labellisées, sans aucun cofinancement EDF.

Pour trouver la session de formation FEE Bat qui vous intéresse : Connectez-vous sur le répertoire de formation en ligne du Conseil national.

Accès direct


Malgré les appels répétés au Président de la République Nicolas Sarkozy et au Premier Ministre François Fillon, du Conseil national de l’Ordre des architectes, de l’Union nationale des Syndicats Français d’Architectes (UNSFA) et du Syndicat de l’Architecture (SA), malgré l’appel de plus de 18 000 confrères et consœurs, le gouvernement pourtant informé des graves conséquences que cela entrainera sur notre territoire a remis en cause le décret « surface » du 29 décembre 2011, en publiant au Journal officiel du 7 mai 2012 le décret n°2012-677 relatif à « une des dispenses de recours à un architecte ».

Comme nous nous y étions engagés, nous emploierons toutes les voies de recours pour obtenir l’annulation de ce décret scélérat pour notre profession et pour l’intérêt public de l’architecture.

 

Communiqué de l'Ordre des Architectes, suite au décret sur les dispenses de recours à un architecte


Comme tous les 3 ans (dans les 6 mois qui suivent le congrès de l’UIA), le CIAF, chargé de représenter la profession au sein de l’Union Internationale des Architectes, a renouvelé ses participants à l’Assemblée générale et a procédé à l’élection de son conseil d’administration et de son Bureau.

On rappellera que le CIAF se compose de trois collèges : ordinal, syndical et experts.

Sa présidence et tournante Ordre/syndicat. Cette année la présidence revient de droit à l’Ordre

Ont été élus au Conseil d’administration : Lionel Carli, président du CNOA, membre de droit

Collège des instances ordinales :

  • Conseil national : Michèle Barbé, Marie-Pierre Bauchet, Frédéric Ragot
  • Conseils régionaux : Danièle Damon, Danielle Feuillette, Pierre Marsan 

Collège des instances syndicales :

  • Syndicat de l’Architecture : Sandrine Charnallet, Jean-François Chesnais, Patrick Colombier
  • UNSFA : Philippe Klein, Michel Roulleau, Ewa Struzynska Collège des Experts : Jacques Canal, Albert Dubler, Lionel Dunet, Zygmunt Knyszewski, François Roblin, Roland Schweitzer

Ont été élus au Bureau : Lionel Carli, président ; Frédéric Ragot, vice président collège ordinal, Philippe Klein, vice-président collège syndical ; Jacques Canal, vice-président collège des experts ; Danièle Damon secrétaire générale ; Patrick Colombier secrétaire général adjoint ; Zygmunt Knyszweski, trésorier.


Grand prix d'architecture de l'Académie des Beaux-Arts Créé en 1975, le concours est ouvert à tous les architectes et étudiants en architecture, ressortissants ou non de la Communauté européenne, n'ayant pas dépassé l'âge de 35 ans au 1er janvier 2011.

Clôture des inscriptions le 25 mai

Entièrement organisé par l'Académie, il comporte deux épreuves dont la première est à remettre lors de l'inscription, au plus tard le 25 mai.

Il est doté de trois prix :

  • Grand Prix et Prix Charles Abella : 20.000 € 
  • Deuxième Prix et Prix André Arfvidson : 9.000 € 
  • Troisième Prix et Prix Paul Arfvidson : 4.000 € 

Le thème du concours est cette année : "La Maison" Le jury est composé des membres et des correspondants de la section d'architecture de l'Académie des Beaux-Arts. Il est dirigé par M. Claude Parent.

Calendrier :

  • Mardi 17 avril 2012 : ouverture du concours
  • Vendredi 25 mai 2012 : clôture des inscriptions et remise de la première épreuve
  • Mercredi 12 septembre 2012 : rendu de la deuxième épreuve Exposition des travaux des finalistes : du 13 décembre 2012 au 6 janvier 2013 au Palais de l'Institut, salle Comtesse de Caen, 27, quai de Conti - 75006 Paris.

cit-architecture-expo-circulerL’espace des villes, l’espace entre les villes, l’architecture accompagnent ce mouvement permanent de l’humanité. L’exposition, dont le commissariat est assuré par l’architecte et ingénieur Jean-Marie Duthilleul, permet au visiteur de suivre à travers le temps, des origines au futur proche, l’évolution des conceptions urbaines, des espaces urbains, des bâtiments générés par la circulation des hommes à travers les territoires. Le concept de « circulation » est également redéfini, puisqu’aujourd’hui, la circulation des hommes évolue de plus en plus vers une circulation virtuelle.


nice-stadium-visuel hpLe Nice Stadium se veut avant tout être un lieu de vie ouvert pour tous et tout au long de l’année. Que vous soyez supporters de l'OGC Nice, adeptes de rugby, de tennis sur gazon lida ou de sport mécanique, passionnés de l’histoire du sport, organisateurs de séminaires ou d’incentives, fans de concerts, d’opéras… le temps d’une soirée, d’une après-midi ou d’une course dans le centre commercial...


tour-triangle-pte-versailles-2Situé dans le Parc des Expositions de la porte de Versailles, le futur édifice en forme de pyramide a été dessiné par le cabinet suisse Herzog et de Meuron. Haute de 180 m, cette tour aura une base de 35 m de long. Faite de verre, elle a été conçue avec des principes de haute qualité environnementale. Elle delphi abritera 88 000 m² de bureaux et 1500 m² de commerce. A ses pieds, sera construit un jardin public de 8 000 m² le long du boulevard Victor. La tour Triangle fx15 sera accessible au public avec son atrium et deux belvédères avec vue panoramique, café et restaurant.


Publication au JORF d'un décret relatif à certaines corrections à apporter au régime des autorisations d'urbanisme. Un décret du 28 février 2012, publié au Journal officiel du 29 février 2012, apporte quelques corrections au régime des autorisations d'urbanisme afin de simplifier le régime des lotissements, d'étendre le champ des projets dispensés de formalités, de réduire les délais d'instruction et de modifier le contenu des demandes d'autorisations d'urbanisme.

Ce texte modifie le régime du lotissement :

  • l'ensemble des lotissements prévoyant la création de voies, d'espaces et d'équipements communs sont soumis à permis d'aménager, seuls les lotissements sans travaux étant désormais soumis à déclaration préalable ;
  • la délivrance des permis de construire sur les lots devient possible dès la délivrance du permis d'aménager pour les projets ne portant pas sur une maison individuelle, moyennant un différé des travaux à la réalisation des réseaux internes au lotissement ;
  • les lots issus d'un permis d'aménager peuvent être subdivisés, sur simple accord du lotisseur, sans qu'il soit nécessaire de recueillir l'accord des autres colotis ;
  • la régularisation d'une division qui aurait dû faire l'objet d'une déclaration préalable peut être effectuée au moment du dépôt de la demande de permis de construire sur un lot. 

Ce décret relève le seuil de dispense de formalité des travaux de construction : les travaux dont la surface est inférieure ou égale à 5 mètres carrés sont dispensés de formalité, contre 2 mètres carrés auparavant.

Il procède à la réduction de certains délais d'instruction :

  • le délai est réduit de sept à trois mois pour les projets soumis à autorisation préfectorale de défrichement, dès lors qu'une visite sur place n'est pas nécessaire ;
  • le délai de droit commun est majoré d'un mois pour l'instruction en secteur sauvegardé dépourvu de plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) ; 
  • le délai dont dispose l'architecte des Bâtiments de France (ABF) pour se prononcer dans les secteurs sauvegardés est réduit à deux mois. 

Le contenu des dossiers de demande d'autorisation d'urbanisme est modifié pour tenir compte des dernières exigences législatives et réglementaires, notamment en matière d'incidences sur les sites Natura 2000, de contrôle des dispositifs d'assainissement non collectif et d'information sur la puissance électrique nécessaire.

D'autres corrections sont apportées par le décret, en vue notamment de :

  • tenir compte de la possibilité de délivrer un permis de construire pour des établissements recevant du public (ERP) dont les aménagements intérieurs ne sont pas entièrement connus ;
  • préciser, dans certains cas, les dates de cristallisation des règles d'urbanisme ;
  • préciser le champ des règles devant être vérifiées à l'issue des travaux. 

Ce décret entre en vigueur le 1er mars 2012 et s'applique aux demandes d'autorisation d'urbanisme déposées à compter de cette date.

© Le Monde du Droit - LegalNews 2012


Le Conseil national de l'Ordre des architectes, l'UNSFA et le Syndicat de l'architecture réagissent conjointement à l'annonce d'un projet de décret modificatif du "décret surface", qui viendrait annuler l'emprise au sol dans le cadre du calcul des 170 m² définissant le seuil dérogatoire pour le recours à l'architecte. Ils écrivent au Premier Ministre pour dénoncer un revirement incompréhensible :

"Il aura fallu attendre la veille de l'entrée en application du « décret surface » pris le 29 décembre 2011 pour apprendre que tout le travail de concertation mené par votre gouvernement depuis le mois d'aout 2011 auprès de tous les acteurs du monde de la construction, est remis en question par une minorité de ces mêmes acteurs, les constructeurs de maisons individuelles." (...)

"Si cette mesure était maintenue elle conduirait les organisations représentatives de la profession à se questionner sur la validité des engagements que le gouvernement a pris à leur égard et à mener les démarches et actions nécessaires à la préservation des intérêts des 30000 architectes et de leurs 55000 salariés."


L'Institut français et la direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication ont confié à l'architecte-urbaniste Yves Lion le commissariat du Pavillon français de la prochaine Exposition internationale d'architecture de Venise.

Pour sa treizième édition, la Biennale d'architecture de Venise est placée sous la direction générale de l'architecte britannique David Chipperfield. Elle a pour thème « Common Ground ». Yves Lion déclinera ce thème dans le Pavillon français et proposera une réflexion à partir des grands ensembles, de leur transformation et de leur rôle dans la constitution des villes.

Il développera son propos à partir de l'étude d'un territoire de l'Est parisien, véritable laboratoire de la métropole. L'école nationale supérieure d'architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée sera associée à sa démarche.

«Les grands ensembles, largement en cours de réparation, doivent être à l'origine d'une transformation radicale des territoires qui les abritent, assurant ainsi un rôle majeur dans la constitution de « vraies villes ».

Que peut l'architecture pour les repositionner dans la métropole ? "Cette question de la transformation, nous l'aborderons à partir d'un territoire de 300 à 400 000 habitants à l'est de Paris, aujourd'hui non (re)connu si ce n'est pour ses quelques cités stigmatisées. La Biennale est l'occasion de révéler aux visiteurs cette ville française, européenne, de montrer ses potentialités, son paysage, sa richesse humaine, et d'en faire un lieu majeur de la région parisienne..."

Yves Lion né à Casablanca en 1945, architecte-urbaniste et professeur. Il participe à l'émergence d'une «architecture urbaine» depuis la création de son agence en 1974, avec près de 6.000 logements sociaux ou privés à ce jour. Militant de la ville, il réalise des projets urbains sur de nombreux territoires en France (la Plaine Saint-Denis, le quartier du Neuhof à Strasbourg, la cité de la Méditerranée à Marseille, le quartier Masséna- Bruneseau à Paris Rive Gauche, la recomposition de la Villeneuve de Grenoble) comme à l'étranger, et collabore à de nombreuses consultations internationales (Anvers, Bâle, Berlin, Beyrouth, Casablanca, Tétouan, Tokyo, Séoul…). Avec le groupe Descartes, il participe à la consultation du Grand Paris en 2009.

Ses réalisations, notamment d'équipements publics, sont jalonnées de nombreux prix (mention spéciale équerre d'argent 1983 pour le palais de Justice de Draguignan, équerre d'argent en 1989 pour le musée franco-américain de Blérancourt, puis en 2003 pour l'Ambassade de France à Beyrouth).

Grand Prix de l'urbanisme 2007, Yves Lion a par ailleurs occupé la fonction de vice-président du groupe Climat et Energie du Grenelle de l'Environnement et est professeur à l'école nationale supérieure d'architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée, qu'il a fondée avec un groupe d'enseignants et dirigée de 1997 à 2001. Cette année, 41 pays participeront à cet événement majeur, avec, pour la première fois, la présence du Kosovo, du Koweït et du Pérou.


A propos

SAGERET est la référence des annuaires du BTP. Fort d’une base de plus de 700.000 sociétés qualifiées, SAGERET met en relation les professionnels et fait connaître leur savoir-faire grâce à une offre de services dédiée aux acteurs de la construction.

Nos activités

  • Edition de guides et annuaires
  • Référencement web
  • Création de sites Internet
  • Location et vente de fichiers
  • Organisation d’événements
  • Prestations audiovisuelles
  • Régie publicitaire

Contacts

SAGERET
5 rue Saulnier, 75009 Paris - FRANCE
Tél. : +33 (0)1 70 95 15 50
Fax : +33 (0)1 70 95 15 90
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
logo SAGERET