Le groupe Nexity va investir 20 millions d'euros en 2011 pour regrouper presque toutes ses enseignes sous une marque unique afin de devenir "le premier opérateur immobilier intégré" en France, a annoncé mercredi son PDG Alain Dinin.

Ce "groupe intégré doit répondre à tous les besoins immobiliers des clients et développer les ventes croisées", a déclaré M. Dinin lors d'une conférence de presse au lendemain de la publication des résultats 2010 du groupe, supérieurs aux attentes.

Le titre Nexity progressait de 7,05% mercredi en milieu de journée à la Bourse de Paris. A 12H25 (11H25 GMT), l'action valait 34,24 euros, enregistrant la plus forte hausse du SBF 120 dans un marché en très légère progression.

Baptisé "Nexity Demain", ce projet vise à regrouper sous la même enseigne toutes les activités de promotion et de services (Saggel, Keops, Lamy) sauf les agences immobilières en franchise Century 21 et Guy Hoquet et Isélection (ventes via les réseaux des Caisses d'Epargne et Banques Populaires).

Les analystes de la société de Bourse Gilbert Dupont émettent quelques réserves sur le coût de cette intégration qui pourrait "impacter négativement" le résultat.

Pour 2011, Nexity a prévu un objectif de marge opérationnelle courante "supérieur à 8%, hors charges liées au projet Nexity Demain".

© 2011 AFP


L'Américain Paul Krugman, lauréat du prix Nobel d'économie 2008, estime que les "architectes de l'euro ont décidé d'ignorer les difficultés inhérentes à une monnaie commune", parlant d'une "tragédie", dans une tribune à paraître jeudi.

Les inventeurs de l'euro "ont surtout ignoré les mises en garde contre l'absence d'institutions nécessaires pour que fonctionne la monnaie commune", affirme l'économiste dans l'édition de mars du magazine allemand Cicero.

"Le résultat n'est pas seulement une tragédie pour l'Europe mais pour le monde entier", ajoute-t-il en évoquant les déboires actuels de l'Irlande et de l'Espagne alors que le succès de l'union monétaire devrait être l'un des enjeux les plus importants du projet européen.

L'euro conduit au contraire les pays à risques tels que la Grèce ou l'Espagne à une "orgie d'emprunts financée par le boom des exportations allemandes", selon lui.

Dans cet article, Paul Krugman évoque plusieurs scénarios pour sortir de la crise de l'euro. Il propose notamment aux responsables de la zone euro d'imiter la "zone dollar, à savoir les Etats-Unis", en la transformant en union fiscale qui permettrait des transferts financiers d'une zone à l'autre.

Citant l'exemple du Nevada, aussi gravement touché par la crise que l'Irlande, l'économiste explique que ses effets en ont été beaucoup moins lourds pour cet Etat de l'ouest américain parce qu'une "grande partie des dépenses publiques (telles que les retraites, ndlr) viennent de Washington", c'est-à-dire de l'Etat fédéral.

A l'inverse, en Irlande, "les pensions et les dépenses de santé figurent sur la liste des coupes budgétaires de l'Etat", constate-t-il.

Aux Etats-Unis, "les Etats qui ne sont pas encore en faillite paient pour les Etats qui sont en faillite", résume Paul Krugman, qui émet des doutes sur la capacité de l'euro à fonctionner encore longtemps si un mécanisme similaire n'est pas adopté.

© 2011 AFP


La Confédération nationale du logement (CNL), principale organisation de locataires, a dénoncé mercredi la probable hausse des prix du gaz le 1er avril et demandé le retour "à un service public de l'énergie avec un Etat garant de la stabilité tarifaire".

"Les prix du gaz pourraient encore augmenter d'environ 5% le 1er avril prochain, soit +20% en un an. Cette augmentation des tarifs du gaz, conjuguée à celle annoncée de l'électricité, est un véritable scandale", affirme la CNL dans un communiqué.

Pour la CNL, "cette nouvelle flambée des prix va conduire toujours plus de ménages à renoncer à se chauffer ou à se retrouver en situation d'impayés. Ce n'est pas le tarif spécial de solidarité gaz qui les aidera car les critères d'obtention sont bien trop restreints pour que tous les ménages concernés puissent en bénéficier".

"Le gouvernement, en renonçant ainsi à ses prérogatives sur les tarifs du gaz, permet aux actionnaires de GDF Suez de s'enrichir toujours plus, au détriment des intérêts des citoyens et des consommateurs", dénonce la CNL, qui "exige que l'Etat s'oppose à toute hausse et redevienne garant de ce droit essentiel qu'est l'accès de tous à l'énergie".

Les tarifs du gaz naturel devraient augmenter d'environ 5% au 1er avril, soit 45 euros en moyenne par foyer et par an, selon des sources concordantes.

© 2011 AFP


Les dépôts nets (une fois déduits les retraits) sur le Livret A ont atteint en janvier leur plus haut niveau depuis deux ans, à 3,76 milliards d'euros, confirmant l'intérêt des Français pour ce produit d'épargne qui a bénéficié le 1er février d'un relèvement de son taux à 2%.

La collecte nette (dépôts moins retraits) est la plus forte depuis janvier 2009. Portée par l'ouverture de la distribution du Livret A à l'ensemble des banques, elle s'était alors montée à 18,31 milliards d'euros, un record.

Fin janvier, le Livret A concentrait 199,1 milliards d'euros de dépôts, son plus haut niveau historique.

Le produit a bénéficié de l'annonce, le 13 janvier, du relèvement de son taux de 1,75% à 2%, qui est intervenu le 1er février.

Après être resté un an au plus bas niveau de son histoire, soit 1,25%, le taux du Livret A avait été relevé une première fois début août 2010, à 1,75%.

Par ailleurs, déprimée depuis deux ans, la collecte du Livret de développement durable (LDD) a également connu un bon mois de janvier, à 610 millions d'euros, son plus haut niveau depuis deux ans.

© 2011 AFP


Seulement 16% des Français, la plus faible proportion depuis 2006, pensent que la situation du logement va s'améliorer, selon une étude TNS-Sofres réalisée pour le groupe immobilier Nexity et publiée mardi.

En janvier 2007, 42% des Français étaient encore persuadés que la situation du logement allait s'améliorer dans les années à venir, souligne le communiqué de Nexity.

C'est la forte hausse des prix qui caractérise la situation du logement pour 52% des Français, largement devant les difficultés à financer l'acquisition d'un logement (33%) ou la pénurie de logements (12%).

Les trois quarts des personnes interrogées considèrent que Nicolas Sarkozy et le gouvernement n'auront pas le temps d'améliorer la situation du logement d'ici l'élection présidentielle de 2012.

Près des trois quarts également (74% exactement) des Français ignorent qui est en charge du logement au sein du gouvernement, neuf pour cent citant la ministre de l'Ecologie et du Logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, sept pour cent le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, quatre pour cent le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, et deux pour cent, le ministre de la Ville, Maurice Leroy.

A la question sur les personnalités politiques auxquelles les Français accorderaient leur confiance "pour faire des proposition en matière de logement lors de la campagne présidentielle de 2012", Martine Aubry (40% plutôt confiance, 44% plutôt pas confiance) et Dominique Strauss-Kahn (40% dans les deux cas) arrivent en tête.

Viennent ensuite Jean-Louis Borloo (36% et 46%), François Fillon (35% et 50%), Ségolène Royal (31% et 54%), François Hollande (31% et 52%), François Bayrou (30% et 53%) et Olivier Besancenot (30% et 52%).

L'actuel président de la République, Nicolas Sarkozy, n'arrive qu'en neuvième position avec 25% de "plutôt confiance" et 62% de "plutôt pas confiance".

L'étude a été réalisée les 10 et 13 décembre 2010, puis les 3 et 4 janvier, auprès d'un échantillon national de 1.997 personnes, représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face à face à leur domicile.

© 2011 AFP


La directrice des Archives nationales Isabelle Neuschwander a été "limogée" par le ministère de la Culture, a annoncé lundi l'intersyndicale CFDT-CFTC-CGC-CGT des Archives dans un communiqué.

Cette information a été confirmée par plusieurs sources proches du dossier.

Un arrêté mettant fin à ses fonctions doit paraître dans les prochains jours au Journal Officiel, selon ces sources.

Lundi après-midi, le ministère de la Culture se refusait à répondre sur ce dossier.

Le personnel des Archives nationales affiche depuis des mois son opposition à l'installation de la Maison de l'histoire de France sur le site parisien des Archives, dans le Marais.

Des banderoles hostiles à ce projet de Nicolas Sarkozy, qui avaient été confisquées, ont été remises en place récemment par les syndicats, notamment sur la façade de l'Hôtel de Soubise.

"Samedi, Isabelle Neuschwander est venue récupérer quelques objets personnels puis a déposé ses clés et son badge au poste de sécurité. Aux personnels qui la saluaient, elle a répondu par un seul mot: +Adieu+", indique l'intersyndicale.

"Son limogeage est donc une réalité", déclarent les syndicats qui "dénoncent cette décision politique prise en catimini pendant les vacances scolaires". Ils demandent à être reçus "sans délai" par Pierre Hanotaux, le directeur de cabinet du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.

Les Archives nationales sont un Service à compétence nationale (SCN), directement rattaché au ministère de la Culture.

"Dès l'annonce par Nicolas Sarkozy, le 12 septembre, de l'installation de la Maison de l'histoire de France sur le site parisien des Archives, l'intersyndicale avait affirmé que ce projet était incompatible avec le projet de rénovation des Archives nationales, dont Isabelle Neuschwander était porteuse", écrit l'intersyndicale.

A l'issue d'un long bras de fer avec le ministère de la Culture, le personnel des Archives nationales avait accepté le 28 janvier de lever son occupation partielle des locaux parisiens, après avoir obtenu des garanties écrites sur le maintien de ses missions.

"En dépit des engagements écrits obtenus par les personnels après plus de quatre mois de mobilisation et 134 nuits d'occupation, l'institution est aujourd'hui décapitée", s'indignent les syndicats.

© 2011 AFP


Le secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu a reconnu mercredi que la situation du logement en France était "grave", au lendemain de la publication du rapport de la fondation Abbé Pierre accusant le gouvernement de ne pas assez lutter contre la crise dans ce domaine.


Les prix des logements anciens à Paris et dans les quartiers historiques des grandes métropoles françaises devraient progresser de plus de 10% en 2011 par rapport à 2010, selon la note de conjoncture immobilière publiée mercredi par les Notaires de France.


Les dépenses courantes des Français pour le logement ont augmenté de 4,2% l'an dernier, soit près du triple de l'inflation, en raison de la hausse des produits pétroliers et du froid, selon les comptes nationaux du logement publiés mercredi par le ministère de l'Ecologie.


L'année 2011 sera celle de la sortie de crise pour les professionnels de la location de machines pour le BTP, a indiqué jeudi Bertrand Carret, président du groupe Location au sein de l'organisme DLR (Fédération nationale des distributeurs, loueurs de matériel de BTP).

"Le mois de janvier a été très bon, nous voyons chez certains adhérents des hausses de 15% du chiffre d'affaires", a-t-il déclaré lors de la présentation de chiffres annuels de la profession.


A propos

SAGERET est la référence des annuaires du BTP. Fort d’une base de plus de 700.000 sociétés qualifiées, SAGERET met en relation les professionnels et fait connaître leur savoir-faire grâce à une offre de services dédiée aux acteurs de la construction.

Nos activités

  • Edition de guides et annuaires
  • Référencement web
  • Création de sites Internet
  • Location et vente de fichiers
  • Organisation d’événements
  • Prestations audiovisuelles
  • Régie publicitaire

Contacts

SAGERET
5 rue Saulnier, 75009 Paris - FRANCE
Tél. : +33 (0)1 70 95 15 50
Fax : +33 (0)1 70 95 15 90
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
logo SAGERET